Rachel Pletz

Rachel a choisi de se présenter aux élections parce qu’elle croit fermement que la province ne représente pas suffisamment les femmes qui s’occupent de jeunes enfants. Elle pense qu’il est temps que nos préoccupations soient non seulement entendues, mais aussi qu’elles le soient par une voix qui subit personnellement les conséquences de la sous-représentation au sein du gouvernement.

Rachel Pletz est mère au foyer d’un enfant de trois ans depuis les trois dernières années, et attend son deuxième enfant en octobre prochain!  Elle est ici pour représenter les familles du Nouveau-Brunswick qui peinent à concilier travail et vie personnelle tout en devant apporter un soutien financier et émotionnel à leurs enfants. Elle s’inquiète de l’avenir de ses enfants autant que vous. Elle défend ardemment les valeurs qui font du Nouveau-Brunswick un endroit idéal pour élever une famille.

Avant de fonder sa famille, elle a fait des études postsecondaires en design intérieur, en publicité et, plus tard, en éducation des adultes. Elle a débuté sa carrière dans l’enseignement et la formation des adultes en entreprise pour ensuite se tourner vers le conseil en entreprise, la formation et le coaching tant pour des entreprises indépendantes que pour de grandes sociétés au Nouveau-Brunswick et dans les Maritimes. Elle s’est alors orientée vers une carrière dans l’enseignement supérieur en tant que gestionnaire des programmes d’affaires, d’informatique et de services sociaux du Collège Oulton, où elle a travaillé en étroite collaboration avec les professeurs et les étudiants, gérant les affaires courantes du collège, la conception des programmes d’études, le développement des programmes et le soutien du personnel enseignant.

Célébrant 5 ans de rémission en juillet 2020, elle est une survivante du cancer qui a une appréciation et une passion profondes pour notre système de soins de santé et pour la lutte que mènent les patients atteints de maladies chroniques et terminales.

Elle a choisi de se présenter aux élections parce qu’elle croit fermement que la province ne représente pas suffisamment les femmes qui s’occupent de jeunes enfants. Elle pense qu’il est temps que nos préoccupations soient non seulement entendues, mais aussi qu’elles le soient par une voix qui subit personnellement les conséquences de la sous-représentation au sein du gouvernement.

Lorsque Rachel a déménagé au Nouveau-Brunswick il y a plus de 12 ans, c’était un endroit abordable, sûr et magnifique où s’installer.  Elle entend bien se battre pour que cela reste ainsi.

Scroll to Top