Charles Thériault

Charles

Plus tard, il publia une œuvre de vulgarisation en psychiatrie décrivant la maladie qui affligeait son épouse du temps. Au-delà de 7000 exemplaires en français et 3000 en anglais furent distribués au pays.

Charles est un documentariste et auteur qui habite Kedgwick avec sa femme Betty, entouré de ses enfants, petits-enfants et arrière-petits-enfants, dans une vie de partage et d’entraide. Ils habitent dans une chaumière douillette en paille qu’ils bâtirent de leurs propre mains, utilisant que des matériaux du terroir. Question de la construire avec la plus petite empreinte possible sur l’environnement.

Charles est un documentariste et auteur qui habite Kedgwick avec sa femme Betty, entouré de ses enfants, petits-enfants et arrière-petits-enfants, dans une vie de partage et d’entraide. Ils habitent dans une chaumière douillette en paille qu’ils bâtirent de leurs propre mains, utilisant que des matériaux du terroir. Question de la construire avec la plus petite empreinte possible sur l’environnement.

Avant tout,Charles est connu comme un communicateur affranchi ayant réalisé son tout premier film à l’âge de seize ans avec l’Office national du film du Canada. Cela déclencha en lui une passion qui l’animera toujours quarante-quatre années plus tard. Car, à ce moment-là, il avait compris le pouvoir transformateur de ce médium puissant capable d’éduquer, d’informer, d’enflammer, d’amuser, convaincre et faire réfléchir son prochain.

Étant parfaitement bilingue, il a fait carrière à simplifier des informations compliquées. Le titre de « vulgarisateur » en est un qu’il porte fièrement.

Charles se considère avant tout comme un humaniste/environnementaliste mettant ses habilités au service des causes qui lui tiennent à cœur. Il y a plusieurs années, il créa avec Gilbert Sewell de la réserve Pabineau, un CD-ROM important sur la culture Mig’maw. Celui-ci exposa avec détail leur langage, les plantes et leurs utilisations médicinales, les méthodes de chasse, leurs légendes, leurs croyances spirituelles. Ce travail eut une énorme influence sur comment il allait continuer sa vie. Plus tard, il publia une œuvre de vulgarisation en psychiatrie décrivant la maladie qui affligeait son épouse du temps. Au-delà de 7000 exemplaires en français et 3000 en anglais furent distribués au pays. En plus de centaines de divers documentaires, de publicités et de textes diffusés ces dernières années, Charles produit un blogue bilingue « notreforêtestellelanotre.com » consistant de 28 épisodes vidéos exposant l’exploitation désastreuse de notre forêt publique au NB et l’impact néfaste de la capture corporative des Irvings sur la province.

Aux dernières élections à l’automne 2014, Charles se présenta comme candidat indépendant au Restigouche Ouest et récolta un impressionnant 18% des votes exprimés. En 2018, il se présenta comme candidat vert et finit en deuxième place avec 31.5% des votes. Il est évident pour lui que les électeurs cherchent une alternative au statu quo. Impressionné par les positions récentes du chef du Parti Vert David Coon, Charles se dit enthousiaste d’aider le Parti à multiplier sa présence à l’assemblée législative.

Charles a récemment publié son premier roman Marie des Bois. Cette histoire se veut en quelque sorte, un exposé sur le pouvoir de la Terre-Mère, la perversité causée par l’avidité de l’homme et l’essentielle puissance de survie engendrée par l’esprit matriarcal des femmes.

Scroll to Top